Débuter en apiculture

Un petit rucher à Claix (38)

L'apiculture est, comme le jardinage, une activité qui suscite un engouement de plus en plus important depuis quelques années. De nombreuses personnes nous demandent "comment débuter en apiculture et avoir sa ruche ?"

Nous vous encourageons à vivre cet expérience unique au contact de la nature, et à votre petite échelle à participer à aider la biodiversité !

Voici donc quelques pistes pour vous faciliter la tâche, et surtout vous inciter à vous lancer.

En introduction, quand ?

Avant toute chose, il faut savoir que la saison apicole bat son plein pendant le printemps : abeilles et apiculteurs entrent en effervescence dès le mois de mars. Les saisons suivantes sont de plus en plus calmes, pour arriver à un arrêt quasi complet en hiver. Il faut avoir à l'esprit que les abeilles commencent à préparer l'hiver dès l'arrivée de l'été...

Les étapes qui suivent sont volontairement placées dans un ordre chronologique. 

Globalement, nous vous conseillons de consacrer une première année à vous former et à vous préparer, pour être prêt et autonome la deuxième année seulement.

Découvrir en douceur

Devenir apiculteur peut se faire étape par étape, plutôt que de se retrouver du jour au lendemain en tenue devant sa ruche, quelque peu hésitant.

Suivre une formation

Nous vous recommandons de suivre une formation. Cela a le double mérite :

  • de vous apprendre les bases indispensables de l'apiculture
  • de vous confronter à la pratique, et donc à l'abeille, et ainsi éprouver votre motivation (crainte de la piqûre, allergie...)

Il est tout à fait possible de se former sur le tas, en lisant des livres et par la pratique. Toutefois votre apprentissage sera certainement parsemé d'erreurs, la plupart du temps malheureusement au détriment des abeilles. Sans une formation appropriée, vous ne saurez pas à quel moment nourrir (ou pas) vos abeilles, les traiter (ou pas) contre le varroa, détecter une maladie, ni comment les préparer au mieux à l'hivernage... alors cela se soldera par la mort de vos colonies, ou pire par des effets de bord désastreux sur les ruchers avoisinants dans le cas d'une maladie contagieuse.

Pour trouver une formation, plusieurs solutions:

  • Rapprochez vous du syndicat apicole près de chez vous
  • Se faire conseiller, ou trouver une formation/un stage chez un apiculteur professionnel

Dans tous les cas, consultez la carte de la Filière apicole pour trouver une adresse près de chez vous. 

Et la solution miracle pour gérer vos ruches en vous amusant, sans piqûres, et en apprenant, inscrivez vous sur le jeu Bee-happy. Bee-happy est un jeu réaliste. Peu à peu vous apprendrez tout ce qu’il faut savoir pour devenir un vrai apiculteur !

Le bon moment

 Les formations s'étalent sur la saison apicole et sont de plus en plus demandées, donc pensez à vous inscrire en avance. L'idéal est l'hiver, voire l'automne qui précède, pour être certain d'avoir une place.

Accueillir une ruche

Vous possédez un bout de terrain, vous avez envie de consommer votre miel, mais vous hésitez à installer votre propre ruche.

Une possibilité s'offre à vous : louer un bout de votre terrain à un apiculteur, qui y installera quelques unes de ses ruches, et vous indemnisera avec une partie de la récolte. Cette solution présente de multiples avantages, décrits en détails sur cette la page Parrainer / Accueillir des abeilles.

Nous vous offrons la possibilité de proposer votre terrain en vous inscrivant sur ce site pour apparaître dans la carte Trouver un terrain.

Le bon moment

Deux périodes sont propices à l'accueil : idéalement en automne, sinon vers avril / mai (mi printemps).

Si vous disposez d'un terrain dans un climat clément, l'apiculteur sera tenté de déplacer ses ruches dans un emplacement offtrant à ses avettes des conditions moins rudes pour l'hiver. Il démarrera alors la saison apicole chez vous dès la sortie de l'hiver.

Sinon, vous devrez attendre le printemps que les colonies soient suffisament développées avant que l'apiculteur puisse les déplacer sereinement. C'est également à cette période qu'interviennent les essaimages et donc les divisions de ruches, avec une demande d'emplacements en hausse.

Se préparer à adopter vos abeilles

Il est important d'être prêt à installer vos abeilles avant d'aller les chercher. Cela passe par l'emplacement du rucher, et par votre propre équipement.

Préparer un emplacement

Avant d'aller chercher une ruche, la première question à se poser est la suivante : où vais-je la placer ?

L'emplacement doit être choisi avec minutie, si vous comptez mettre toutes les chances de votre coté, quelques pistes parmi d'autres :

  • Éloigné si possible des grandes cultures soumis à des traitements chimiques lourds et systématiques
  • Protégé du vent, et si possible du soleil
  • Facilement accessible en voiture et/ou à pied, car une ruche est lourde et peu pratique à porter
  • A distance raisonnable du voisinage
  • Proche d'une source d'eau
  • Idéalement à proximité d'une flore propice à de bonnes récolte par les abeilles

Ce petit post n'est pas destiné à faire une liste exhaustives des conditions sur l'emplacement, mais bien à vous sensibiliser sur l'importance de ce choix.

Concernant la distance avec le voisinage, la réglementation est définie par les articles 206 et 207 du code rural et stipule que:

Chaque département a son arrêté préfectoral concernant les distances à respecter avec le voisinage et la voie publiques (de 20 à 100m). Toutefois, ne sont assujetties à aucune prescription de distance les ruchers isolées des propriétés voisines ou des chemins publics par un mur, une palissade en planche jointes, une haie vive ou sèche, sans solution de continuité. Ces clôtures doivent avoir une hauteur de 2 mètres au-dessus du sol et s'étendre au moins 2 mètres de chaque côté de la ruche.

Lorsque nous parlons de proximité, il faut savoir d'une abeille restera généralement dans un rayon de quelques kilomètres autour de la ruche. La majorité des aller retours des butineuses s'effectue dans un rayon de 500 à 1000m.

Pour mettre toutes les chances de votre coté, demandez à un apiculteur aguerri de vous donner son avis sur un emplacement potentiel.

Une fois le lieu choisi, il doit être soigneusement préparé : la ruche n'a plus qu'à être posée sur un support stable, et horizontal. Pensez à mettre en place un support, quelque soit le type, par exemple un pied acheté dans le commerce, une palette, des agglos ou un pneu...

Imaginez que vous viendrez très certainement installer votre ruche un soir, à la tombée de la nuit. Vous devrez porter une ruche de 30kgs depuis votre voiture, et pouvoir atteindre l'emplacement sans trop de visibilité sur vos pieds, sans glisser, sans secouer les abeilles, pour finalement la déposer très délicatement.

Quelques petits conseils pour assurer :

  • Faites vous aider
  • Équipez vous, et allumez un enfumoir avant toute manipulation

Pour trouver un emplacement, plusieurs pistes:

  • Consulter la carte Trouver un terrain
  • Renseignez vous auprès d'un syndicat apicole, voir la carte de la Filière apicole 
  • Faites travailler le bouche à oreilles,
  • Consultez ou passez une petite annonce dans un bulletin apicole ou ailleurs

Le bon moment

Trouver le bon emplacement est parfois difficile, et peut prendre beaucoup de temps. Il est donc important d'anticiper plusieurs semaines, voire plusieurs mois avant le placement de votre ruche. 

S'équiper

Ceci est primordial : il est dangeureux de manipuler des abeilles sans un minimum de protections et de matériels.

Ne vous laissez pas influencer par les apiculteurs qui se vantent d'aller en tenues légères aux ruches, de les manipuler à mains nus et de ne pas sentir les piqûres. Certes, ca existe, mais après de nombreuses années de pratique. Un débutant n'est encore capable :

  • ni d'estimer les conditions idéales d'intervention (vent, température, floraison...),
  • ni de posséder la technique nécéssaire pour manipuler sans déranger les abeilles,
  • ni d'avoir la sérénité suffisante pour garder son sang froid au milieu du bourdonnement menaçant d'une poignée de gardiennes agacées

Bref, allez chez un revendeur apicole, avouez que vous débuter (aucune honte à cela bien au contraire) et que vous avez besoin de vous équiper à minima.

Le minimum vital, pour un budget de 100 à 200€ :

  • un enfumoir et du combustible, par exemple des granules de lavandin compressé
  • une combinaison, un camail (voile) et des gants
  • un lève-cadre

N'hésitez pas à acheter de la qualité au niveau combinaison : mieux elle ferme et plus elle est épaisse, et moins les dards vont atteindront.

Ne vous sentez pas forcé d'acheter autre chose; vous aurez bien l'occasion avec la pratique de savoir dans quoi investir par la suite.

Sachez qu'il existe tout et n'importe quoi en vente, donc de quoi vous ruiner en 2 temps 3 mouvements.

Petite astuce : pensez à vous rapprocher d'un groupement d'apiculteurs, tel un syndicat. La plupart propose des prix intéressants, du matériel d'occasion, de la mise à disposition d'équipements couteux (extracteur). Ils seront en outre très a même de vous conseiller.

Le bon moment

Acheter un équipement est très rapide, à n'importe quel moment de l'année. Il est simplement primordial d'être équipé avant tout contact avec les abeilles, même pour les transporter en voiture. Imaginez seulement que quelques abeilles s'échappent de la ruche et vous viennent vous perturber lorsque vous êtes au volant, ou pire, (nous ne vous le souhaitons pas) que vous ayez un accident de la route qui provoque l'ouverture et l'énervement de sa colonie...

Acquérir des abeilles

Le lieu est prêt et vous êtes équipé ? alors il ne reste plus qu'à trouver les abeilles.

Deux possibilités s'offrent à vous :

  • Acheter ou récupérer un essaim
  • Acheter une ruche peuplée d'abeilles

Récupérer un essaim

Un essaim est une colonie d'abeilles sans logis fixe.

Vous pouvez soit l'acheter, soit le récupérer dans la nature. Dans tous les cas, il vous faudra donc prévoir une ruche prête à les accueillir. Afin de résister aux intempéries, elle doit être peinte avec une peinture non dangereuse pour les abeilles.

Si vous êtes bricoleur, nous vous conseillons de récupérer les plans d'une ruche standard sur Internet, et d'en respecter autant que possible les dimensions. En effet, quoi de plus pénible que de posséder des cadres que vous ne pourrez ni utiliser dans un extracteur, ni réinsérer dans une autre ruche.

Sachez qu'enrucher un essaim dans une ruche n'est pas chose évidente et gagnée d'avance. Cela requiert un minimum de technique, si vous voulez être certain que votre essaim l'accepte, et ne déserte pas sitôt libéré pour aller se poser dans un arbre quelques kilomètres plus loin.

Dans le cas ou vous envisagez de récupérer un essaim naturel, faîtes vous accompagner par un apiculteur. La cueillette d'essaim est un sport difficile, aléatoire et parfois même dangeureux. Il est rare de trouver un essaim fraichement sorti de la ruche, à portée de main, et facilement accessible. Et même dans ce cas, il n'est pas facile de le récupérer sans risquer de tuer la reine, ni de le convaincre d'adopter l'habitat que vous lui offrez. Si vous êtes prêt à tenter l'aventure, faîtes vous connaître comme cueilleur d'essaims:

Privilégiez l'achat de proximité, qui évite un voyage pénible et affaiblissant aux abeilles, et augmente vos chances d'acquérir une abeille la plus adaptée possible à votre environnement

Le bon moment

Il faut vous faire référencer avant la période d'essaimage qui se situe au milieu du printemps (fin avril / début mai).

Acheter une ruche peuplée

Pour débuter, quoi de plus pratique et de plus sûr que d'acheter une ruche déjà peuplée d'abeilles.

Les avantages :

  • Vous êtes certains que la ruche est adoptée par la colonie
  • Les cadres sont déjà bâtis, et contiennent de la ponte et des réserves (miel, pollen)
  • Pas besoin de préparer une ruche, de la peindre ...

Lorsque vous achetez une ruche, pensez à inspecter, et à poser des questions à l'apiculteur sur son historique, éventuellement son type de pratique. La ruche doit contenir des abeilles en bonne santé, une reine (!) assez jeune, donc de la ponte bien répartie, des réserves, les cadres doivent être sains (pas noirs) ... Soit vous faites confiance au vendeur, soit vous vous faites accompagner par un apiculteur qui pourra vous assurer dans votre acquisition.

Le bon moment

Anticipez ! il est préférable de réserver plusieurs mois à l'avance, sous peine d'indisponibilité, et de toutes manières n'esperez pas l'obtenir avant mai/juin. Vous pouvez réserver d'une année sur l'autre, par exemple en automne pour le printemps suivant.

Déclarer son rucher et s'assurer

Maintenant que tout est sur les rails, pensez à régler quelques détails administratifs:

  • Déclarez votre rucher sur http://vosdroits.service-public.fr/R15642.xhtml. Un numéro d'identification (Numagri) et un numéro d'apiculteur vous seront délivrés. Vos ruches doivent être déclarées en début de chaque année.
  • Assurez vos ruches, soit auprès de votre assureur, soit en profitant des assurances de groupes souscrites par les groupements apicoles.

Si vous vous rapprochez d'un syndicat apicole, ces démarches seront grandement simplifiées.

Sachez par exemple qu'adhérer à un syndicat, ou s'abonner à une de leurs revues apicoles vous permet généralement d'assurer vos ruches dans le même temps.

Le bon moment

Dès que votre ruche est en place... sans tarder.

En conclusion

Si vous devez retenir un seul conseil, alors c'est celui la : faites vous conseiller, ou mieux, accompagner dans votre démarche par un apiculteur.

Ayez à l'esprit que l'apiculture est une passion très agréable à partager.

N'hesitez pas à vous inscrire sur ce site, et à consulter les cartes mises à votre disposition:

Et puis inscrivez vous sur le jeu Bee-happy pour apprendre en vous amusant.

Conception : Alveoo - Agence Web Grenoble